Forge et
Coutellerie
par Gérard HEUTTE Accueil
Index A..Z
Plan
A propos...
Contact
Liens
Bibliographie
Manifestations
Réalisations
Débutants
Pratique
Métallurgie
Atelier
Coutellerie
Forge



Fabrication d'un couteau en plate-semelle
Voici étape par étape, le processus d'assemblage d'un couteau monté en plate-semelle.
Il existe probablement bien d'autres façons de faire. Cette méthode ne nécessite pas trop d'outillage particulier, même si une perceuse à colonne est souhaitable.
Rappel et vocabulaire de base
Voici à quoi ressemble un couteau avec un montage en plate-semelle :

La partie métallique du manche et les plaquettes ont exactement le même profil. La semelle est prise en sandwich entre les deux plaquettes. L'ensemble est collé et/ou riveté.
La méthode la plus simple consiste à prendre des plaquettes uniquement en bois. Pour un aspect plus sophistiqué, il est possible de rajouter des mitres métalliques (au ricasso ou au pommeau). Je ne détaillerai pas ici le montage des mitres qui est similaire au montage des plaquettes en bois.
Lame
Il faut fabriquer ou se procurer une lame adéquate, comme celle-ci :

Le point important lors de la fabrication est la planéité de la semelle. Sur ce modèle, les petits trous sont pour les rivets et percés au diamètre de 1.8 millimètres. Les gros trous sont destinés à alléger la semelle. Le trou à l'extrémité du manche est pour une dragonne.
Plaquettes
Il faut se procurer des plaquettes de bois. L'épaisseur habituelle va de 3 à 8 mm selon la taille et le style du couteau. Là encore, la planéité et le parallélisme des faces seront fondamentaux pour un assemblage de qualité.

On pourra se procurer des plaquettes directement utilisables auprès de fournisseurs spécialisés comme Mercorne . Prévoir un léger ponçage avant utilisation.

Si nécessaire, débiter un bloc de bois ou une branche d'arbre en plaquettes grossières à la scie. Planer grossièrement les surfaces en veillant au parallélisme.


La planche de bois (aubépine) pour les futures plaquettes.


Découpage des plaquettes.


Les plaquettes après ponçage.

Reporter au crayon la forme de la semelle sur les deux plaquettes et les découper en prenant une marge de 1 ou 2 mm. Il faut dès maintenant repérer le sens de montage des deux plaquettes (coté gauche ou droit et face interne ou externe). On réservera les faces les plus jolies du bois pour l'extérieur.
Le découpage pourra se faire à la scie à main ou à la scie à chantourner...


Report de la forme sur les plaquettes.


Découpage des plaquettes, ici à la scie à chantourner.


Les plaquettes découpées.
Perçage
Pour percer correctement, réaliser l'empilage suivant :
> En bas une pièce de bois de récupération, type contre-plaqué. Cette pièce évite l'éclatement du bois lors de la sortie du foret.
> Les deux plaquettes.
> La lame.
Aligner l'ensemble et le solidariser par des serre-joints. Percer le bois en se servant des trous de la semelle comme guide. Il est fortement conseillé de percer avec une perceuse à colonne.
Pour faciliter le positionnement et la manutention de cet ensemble, on pourra le fixer sur un gros carré ou un "U" métallique.
Si les trous sont trop rapprochés ou les serre-joints trop larges, il faudra percer un trou, insérer un clou provisoire pour le maintien en position et déplacer les serre-joints pour percer les autres trous.

L'empilage et les serre-joints.

Après perçage, on pourra rayer avec une râpe l'intérieur de la plaquette pour augmenter la qualité du collage.


Vérification du montage.
Ricasso
Une fois le couteau assemblé, le bord des plaquettes situé à coté du ricasso sera inaccessible ! Il faut donc en assurer la finition avant l'assemblage.
Pour cela, insérer des rivets temporaires dans les trous des plaquettes pour les aligner correctement et les solidariser par des serre-joints. Ne pas oublier d'intercaler des petites pièces de bois pour ne pas marquer la surface de la plaquette avec les mors des serre-joints.
Rectifier et aligner les bords au niveau du ricasso, et ici au niveau du talon du couteau (près du trou pour la dragonne). Cette méthode permet une bonne finition et un bon alignement des plaquettes sur les deux cotés du couteau.


Ponçage du bord près du ricasso.

Arrondir les angles, qui ne seront plus accessibles facilement après le montage du couteau. Utiliser des bandes d'abrasifs en fixant la plaquette à travailler. Poncer jusqu'au grain 400.
Contours et mise en forme finale
Il faut maintenant travailler le contour. Fixer de nouveau les plaquettes avec les rivets temporaires et amener les plaquettes au niveau de la semelle.


L'arrondi du manche près du ricasso et les plaquettes ajustées à la semelle.

Casser les angles (râpe ou ponceuse). Cette opération pourra être faite avec les plaquettes sur la semelle ou en les démontant. C'est surtout une question de préférence personnelle.
Arrondir le manche avec des bandes d'abrasif. Comme les plaquettes ne sont pas fixées, il faudra travailler en plusieurs fois, en fixant temporairement les plaquettes avec 2 rivets à la fois. Poncer jusqu'au grain 400.


Plaquette avec les angles cassés.


Mise en forme avec une bande d'abrasif.


Les plaquettes terminées.
Rivets
Le terme rivet n'est pas le plus approprié car la tête n'existe pas. Il faudrait plutôt parler de tiges ou de clous.
Le choix du diamètre (en général 1.5 à 3mm) est avant tout une question d'esthétique.
La matière n'est pas critique : Cuivre, laiton, acier, maillechort...
Couper autant de morceaux que nécessaire en prévoyant une marge de 2 cm.
Rendre une extrémité conique pour faciliter la mise en place.
Assemblage
L'assemblage se fait en une fois. Prévoir une pince plate pour manipuler les clous. Prévoir également un solvant pour la colle (alcool à 90° pour l'époxy) et des coton-tiges pour nettoyer les bavures de colle.

Les différentes parties : Lame, plaquettes et clous.

A ce niveau d'avancement, la lame doit être totalement terminée. Ici, elle a été poncée et la trempe sélective a été révélée. Protéger la lame avec un film plastique.

> Préparer la colle époxy.
> Enduire de colle une plaquette et les clous.
> Engager les clous dans la plaquette, en les laissant dépasser de quelques millimètres.
> Positionner la plaquette contre la semelle, en engageant les clous dans leur trou.
> Enduire de colle la seconde plaquette ou la semelle.
> Positionner la seconde plaquette et y engager les clous.
> Serrer l'ensemble avec des serres-joints en veillant à ne pas abîmer les plaquettes. Pousser les clous pour qu'ils ressortent suffisamment.
> Enlever grossièrement l'excès de colle.
> Bien nettoyer la jonction des plaquettes avec le ricasso avec un coton-tige et du solvant.
> Laisser sécher.


Les éléments encollés.


Le couteau assemblé.


Les endroits difficiles d'accès (ici, la jonction ricasso / plaquette) doivent être débarrassés des surplus de colle.
Finitions
Il reste à :
> Couper ce qui dépasse des rivets.
> Protéger la lame avec de l'adhésif. Rien n'est plus énervant qu'une rayure malencontreuse sur un couteau presque fini !
> Poncer doucement les surplus de rivets et de colle.
> Traiter le bois du manche à l'huile de lin.


Le manche après ponçage final.


Le couteau terminé.


Quelques détails.
En option : Les mitres
Les mitres se poseront de la même façon que les plaquettes. Pour des raisons esthétiques, les clous de fixation des mitres devront être dans la même matière que les mitres.
Ensuite pour la fixation des plaquettes, on procédera comme ci-dessus en veillant lors du serrage à plaquer les plaquettes contre les mitres pour éviter les jours disgracieux.

Ci-contre, des mitres en laiton. Les deux clous de fixation des mitres sont invisibles. Les plaquettes et les mitres sont séparées par un intercalaire de couleur.