Forge et
Coutellerie
par Gérard HEUTTE Accueil
Index A..Z
Plan
A propos...
Contact
Liens
Bibliographie
Manifestations
Réalisations
Débutants
Pratique
Métallurgie
Atelier
Coutellerie
Forge



Fabrication d'une lame de couteau forgée
Voici les opérations successives aboutissant à une lame utilisable. C'est principalement une check-list destinée aux néophytes. Les différentes opérations ne sont pas détaillées ici...
Conseils généraux
Quelques points majeurs à rappeler :
> Avoir une idée de ce que l'on veut obtenir. Pour un premier essai, se limiter à des dimensions raisonnables, comme une lame de 100 mm de long sur 25 mm de large et 3 à 4 mm d'épaisseur.
> Choisir un acier "simple", comme le XC75. Eviter les matériaux de récupération dont on ignore les caractéristiques.
> Commencer les opérations de forge en chauffant bien l'acier (rouge-orangé). Puis comme la forme se précise et que les déformations engendrées diminuent, diminuer également la température de travail.
> Ne pas forger trop froid. Remettre la pièce en chauffe dès qu'elle devient trop sombre.
> Pour un premier couteau, le forgeage d'une lame en plate-semelle est plus simple.
Fabrication d'un méplat
La première chose à faire est de créer un méplat dont la section doit correspondre à la section la plus large du couteau. Dans notre exemple, on cherchera à obtenir un méplat de 25x4. On peut par souci de facilité partir directement d'un méplat standard aux dimensions ad hoc.
Ne pas passer à l'étape suivante tant qu'un méplat correct n'est pas obtenu.
Il faut avoir suffisamment de longueur pour la lame et le manche.
Quelques informations de détail sur le planage, l'étirement et la fabrication d'un méplat.
Mise en forme de la lame à la forge
Affiner la pointe. Et sortir progressivement le tranchant tout en redressant la lame. Veiller à laisser un peu de matière sur le tranchant (environ 1 mm, voire plus sur les lames longues).
Voir les détails de fabrication d'une Forge d'une Lame de couteau.
Un travail similaire pour la forge d'une lame d'un couteau intégral.
Recuit
Chauffer l'acier à température de trempe. Laisser refroidir lentement dans le feu de forge mourant (toute la nuit) ou dans un bac rempli de vermiculite (quelques heures).
Quelques informations sur le recuit.
Emouture grossière
Cette étape permet d'affiner le travail fait à la forge. Elle se fait par abrasion. De nombreux outils différents peuvent être utilisés. Le plus simple est de travailler à la lime.
Commencer par fignoler le contour de la lame. Puis faire les plats (ricasso, semelle). Pour finir, travailler sur le tranchant. Laisser un demi millimètre de matière au tranchant. Pour plus de détails, voir la mise en forme d'une lame à lime. Percer les trous si besoin.
Normalisations
Chauffer l'acier à température de trempe. Laisser refroidir à l'air libre. On peut rechauffer dès que la lame est sombre. Il est conseillé de faire au moins trois normalisations.
Quelques informations sur la normalisation.
Trempe
Chauffer la lame à température de trempe (rouge). La sortir avec les tenailles et tremper rapidement dans le milieu adéquat.
Dès que la lame est froide, vérifier que la trempe s'est bien passée en testant le tranchant avec une lime.
Quelques informations sur la trempe et les milieux de trempe.
Revenu
Mettre immédiatement la lame dans un four préchauffé à la température de revenu (en général de 200 à 240 °C). Faire deux cycles successifs en laissant la lame refroidir totalement entre.
Quelques informations sur le revenu.
Finition
Travailler les surfaces avec des abrasifs de plus de plus fins, jusqu'au niveau de finition souhaité. Cette opération concernera au minimum le tranchant.
Affûtage
A l'issue du polissage, le couteau est déjà tranchant. Il ne reste qu'à lui passer un petit coup de pierre très fine (style pierre de coticule). On peut faire cette opération avant ou après le montage du couteau.